Bandeau FSU IdF

FSU-SIGNATURE-2012-HD.jpg


Accueil > Actualités > Déclaration de la FSU IdF devant la Bourse le 23 novembre 2010

Déclaration de la FSU IdF devant la Bourse le 23 novembre 2010

dimanche 12 décembre 2010


Pour la FSU , la promulgation de la loi ne mettra pas fin à la contestation parce que la loi reste injuste et inefficace à nos yeux comme aux yeux d’une grande majorité des français

Le débat sur les retraites s’est installé durablement dans notre pays car même promulguée la loi sur les retraites restera injuste et inefficace et donc inacceptable !

La FSU demande son abrogation, l’ouverture d’un grand débat public et de réelles négociations pour d’autres mesures nécessaires à la sauvegarde et au développement des retraites par répartition et du code des pensions.

Depuis le 13 juillet, pas moins de 12 journée nationale d’action, sans oublier les rassemblements en Ile de France devant l’assemblée nationale, le sénat ou le medef, sans oublier également la multitude d’initiatives départementales conduites très souvent de façon unitaire.

Les salariés ont démontré leur attachement à cette unité syndicale, gage de l’efficacité de l’action. Cette unité le gouvernement n’est pas arrivé à la casser. Dans de très nombreuses localités, entreprises, lieux publics, chacun a pu constater la force et la détermination unitaire des franciliens.

Le pouvoir, a priori vainqueur est affaibli. Le pathétique épisode du remaniement ministériel en est une preuve.

Dans le même temps, le Président de la République voit sa cote de popularité être au plus bas dans les sondages. Il s’est donc offert mardi dernier un entretien sur 3 chaines de télévision : ce fut édifiant !

Comme beaucoup d’analystes prétendent qu’il serait coupé des français, par une pirouette dont il a le secret, au lieu de répondre, il a tenté de rendre hommage aux forces syndicales de ce pays.

Non seulement cette manœuvre est totalement déplacée après 6 mois de refus de négociation avec ces mêmes syndicats, mais il s’est permis de préciser « pas de débordement, pas de violence » … on croit rêver lorsqu’on connaît la réalité des provocations policières …

Il a même tenté de faire croire aux français que ce sont les syndicats qui lui auraient dit « nous n’assumerons pas cette réforme, c’est au gouvernement de le faire »

Espérait- il par cette manœuvre reprendre un peu de l’importante popularité dont bénéficient les syndicats ?

Mais ne vous offusquez pas, car mardi dernier, il a aussi déclaré qu’il a entendu le malaise social et qu’il « réfléchit » aux solutions qu’il prétend y apporter … dressant dans le même temps la liste des cadeaux pour les plus grosses fortunes. Madame Parisot et son syndicat du CAC 40 peuvent rester discrets, leurs moindres désirs sont exaucés…

Le Président de la République s’est même félicité de la suppression de 135 000 postes de fonctionnaires. Dans un contexte de réduction d’emploi et de gel des salaires, les fonctionnaires sont particulièrement pénalisés par cette réforme. La préparation du budget 2011 l’illustre bien malheureusement :

Moins de moyens, moins d’effectifs, moins d’emploi, moins de salaires, moins de retraites !

Notre détermination à défendre les personnels et la qualité du service public sort renforcé de cette période intense que nous vivons depuis septembre.

Chacun voit bien que ceux qui ont participé à ce mouvement important ne sont pas anesthésiés et n’ont pas la gueule de bois !

Cette mobilisation de plusieurs mois ouvre des perspectives.

Au fil des jours, c’est l’ensemble de la politique économique et sociale du gouvernement qui est maintenant mise en accusation par une grande partie des citoyens car cette politique est jugée, comme pour la réforme des retraites, injuste et inefficace.

Plus que jamais la détermination unitaire à lier emploi, salaires, retraites est pour la FSU d’actualité.

Plus que jamais, ensemble, poursuivons le combat syndical.

JPEG - 122.4 ko
Conférence de presse intersyndicale